Rien ne s’oppose à la nuit, Delphine de Vigan

Dans le cadre du prix Goncourt des Lycéens, j’ai lu le dernier roman de Delphine de Vigan. J’aime beaucoup cette auteure, je vous reparlerai d’ailleurs très vite des Heures souterraines que j’ai lu pendant les grandes vacances.

DE VIGAN Rien ne s'oppose à la nuit Quid ?

« Ma famille incarne ce que la joie a de plus bruyant, de plus spectaculaire, l’écho inlasable des morts, et le rtentissement du désastre.

ADVERTISEMENT

Aujourd’hui je sais aussi qu’elle illustre, comme tant d’autres familles, le pouvoir de destruction du verbe, et celui du silence ».

Mon bavardage…

Je viens de terminer ce roman et j’ai du mal à en parler. Quelle horreur ? Non, je ne parle pas de l’écriture de Delphine de Vigan mais de ce que sa famille a vécu !

C’est par un réel travail de titan que Delphine de Vigan a écrit ce livre sur Lucile, sa mère. Elle a en effet interviewé tous les membres de sa famille, lu divers documents retrouvés dans des cartons pour restituer la vie de sa mère depuis son enfance jusqu’à sa mort !

C’est assez étrange car la famille de Delphine de Vigan semble particulièrement compliquée tant dans les relations que dans le fatum qui s’abat sur eux malgré cela on s’identifie à Delphine ou à Lucile ! Oui je parle de fatum car en lisant ce roman j’ai eu l’impression que le destin s’acharnait sur eux… Je ne vous donne évidemment pas d’exemples pour ne pas gâcher votre lecture si vous décidez de lire ce roman…

Pourtant malgré la grandeur tragique des différents acteurs de cette famille, jamais Delphine de Vigan ne tombe dans le pathos. Elle réussit aussi à ne jamais trahir ses oncles et tantes, ses grands parents, ses parents… Elle ne les juge pas ! Elle essaie simplement de les comprendre !

J’ai aimé suivre le cheminement littéraire de Delphine de Vigan. J’ai apprécié lire ses doutes quant à l’écriture de sa mère. Elle parle de tous ces auteurs qui ont parlé de leurs parents… C’est appréciable de lire les doutes d’une auteure : doutes quant au sujet de son livre ! Doutes concernant les conséquences que ce projet peut avoir sur elle même et plus largement sur sa famille. Je comprends aussi qu’elle ait eu envie d’écrire cela : pour se libérer ? pour ne pas oublier ? pour poser les choses et refaire la chronologie des événements ?

Comme vous l’aurez compris, je vous conseille la lecture de ce roman ! Quant à moi je suis impatiente de rencontrer Delphine de Vigan lundi prochain avec mes élèves… Je vous parlerai bien évidemment des questions qui lui auront été posée et des réponses qu’elle aura faites !

 Grâce à ce titre je participe au challenge de Calypso. Ce mois-ci le mot était « NUIT » ! 

Un-mot-des-titres

Publicités

6 réflexions sur “Rien ne s’oppose à la nuit, Delphine de Vigan

  1. Pingback: Challenge le Prix des Lectrices ELLE | Les Bavardages de Sophie

  2. Ce livre est vraiment magnifique…
    Une histoire bouleversante, une quête familiale difficile, et au final une vraie déclaration d’amour à sa mère. Un livre très touchant.
    Il a dû falloir à Delphine De Vigan beaucoup de courage pour aller jusqu’au bout de ce livre qui ressemble parfois à une « auto-thérapie ». J’ai adoré !

  3. Pingback: Challenge le Prix des Lectrices de ELLE : recap’ par titre – Enna lit, Enna Vit!

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s