Le visiteur, E. E. Schmitt

Voilà un auteur que j’apprécie notamment pour ses pièces de théâtre. Je reviens donc vers vous avec Le visiteur d’Eric-Emmanuel Schmitt.

Quid ?

Juin 1938. Les troupes hitlériennes viennent d’envahir l’Autriche. Dans Vienne occupée, Sigmund Freud, vieux, malade, persécuté, inquiet pour le sort de sa fille Anna, découvre que derrière l’énigmatique visiteur qui le surprend dans son appartement se cache peut-être une incarnation de Dieu. Entre le vieil homme désabusé, qui ne croit que ce qu’il voit, et l’élégant personnage, spirituel et manipulateur, se noue un étrange dialogue. À travers une intrigue quasi policière ménageant suspense et rebondissements, cette pièce – récompensée du « Molière » 1994 de la révélation théâtrale – aborde sur un mode plaisant des questions philosophiques éternelles : la nature de la conscience et de l’inconscient, la place de l’homme dans le monde, la raison du Mal, le conflit entre raison et intuition, etc. Grâce à elle, les élèves pourront ainsi approfondir leur connaissance des techniques théâtrales et argumentatives tout en préparant leur futur programme de Terminale !
 

Mon bavardage…

Avant tout, E. E. Schmitt nous propose 4 personnages hauts en couleurs : Freud, Anna (sa fille), un nazi et un inconnu. L’athmosphère est donc déjà clairement posée.

L’Histoire est pleinement au centre de cette pièce.

Freud, quant à lui, n’est pas là pour rien, il questionne l’auteur, le spectateur, le lecteur : Doit-on aller jusqu’au bout de ses convictions ? Qu’est-ce que l’Homme ? Dieu ? E. E. Schmitt, comme à son habitude, nous interroge sur notre situation d’homme. C’est une véritable pièce philosophique que nous livre l’auteur. Le Bien / le Mal – Le Conscient / L’inconscient – La Religion … autant de sujets qui nous interpellent.

J’ai par ailleurs apprécié le doute qui s’installe sur l’identité du visiteur et cela perdure tout au long de la pièce. Chaque lecteur ou spectateur peut donc interprêter comme il le veut le récit ! Le personnage du visiteur est en effet peu décrit. On ne sait rien de lui, il se cache constamment. Ce personnage connait l’issue de la seconde guerre mondiale, il ne peut donc pas être un contemporain de Freud !

Et dire qu’E. E. Schmitt ne croyait pas en cette pièce… Moi je me suis régalée !

Belle lecture à tous.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s