Rhinocéros, Ionesco et Demarcy-Mota

Voilà une pièce de théâtre que j’ai étudié avec mes Terminales cette année. Elle permet en effet de travailler sur les trois objets d’étude de TBAC PRO : « Identité et diversité », « L’homme et son rapport au monde » et « La parole en spectacle ». J’ai aimé le fait que cette œuvre puisse traverser le programme. La première lecture est, je trouve, déroutante. Le théâtre de l’absurde n’est pas facile. J’ai moi-même été très mitigée lors de la lecture de la pièce. En revanche, j’ai adoré l’étudier avec les élèves. C’est une œuvre complexe qui permet de réfléchir sur l’Histoire, le nazisme, sur la quête de notre Identité profonde et sur le théâtre en règle générale.

ionescoIonesco propose une réelle réflexion sur le XXème siècle et tout particulièrement sur les décennies précédents la parution de Rhinocéros (1959). L’auteur revient sur la seconde guerre mondiale, la montée des fascismes. On sent que ces événements tragiques ont provoqué chez Ionesco une réelle remise en question. Comme de nombreux artistes, il a eu besoin d’exprimer ce traumatisme afin de s’interroger sur l’action de l’Homme, aux prises de positions politiques, morales et philosophiques de celui-ci.

Ainsi la rhinocérite, entendez la métamorphose en rhinocéros, est un symbole de l’ascension des dictatures au XXème siècle. Bérenger, contrairement aux autres personnages, lutte afin de ne pas suivre bêtement les autres. Il est le seul à apparaître comme un héros, l’Homme courageux et définitivement libre de ses choix. C’est une pièce tellement réelle ! J’ai revu les meetings hitlériens, la manipulation des masses.

Ce qui est difficile dans cette lecture c’est les conversations parallèles qui se croisent. Ainsi lors de plusieurs scènes, plusieurs personnages dialoguent mais ne parlent pas du même sujet. Le lecteur / spectateur se retrouve donc à suivre deux conversations en même temps. Le théâtre de l’absurde et tout particulièrement cette pièce est une vraie remise en cause du théâtre classique. Ionesco y remet en cause le langage…

Toute cette pièce n’a, me semble-t-il, qu’un seul objectif : mieux comprendre notre vie !

Enfin, autre élément intéressant : Rhinocéros permet aussi de réfléchir sur sa propre identité. Doit-on renoncé à sa culture, à son Identité pour s’intégrer dans la société ? Bérenger doit-il lui aussi devenir un Rhinocéros afin de ne pas être en marge de la société ? C’est une autre perspective de lecture qui fait de cette pièce une vraie pièce philosophique, très intéressante à lire et à relire.

Et l’adaptation de Demarcy-Mota ?

IONESCO Rhinocéros DVD

C’est une mise en scène elle aussi abstraite ou en tous cas minimaliste que nous livre Demarcy-Mota. Le décor est constitué d’un parallélépipède posé sur la scène. Les bâtiments évoluent tout au long de la scène, se déplient, se referment. Ils jouent un vrai rôle dans la pièce, symbolisant la peut, l’enfermement, les dictatures. Ils deviennent une forme de monstre non sans rappeler la description de la mine par Zola dans Germinal !

C’est une mise en scène froide, réglée au millimètre près qui s’est jouée à Paris en 2004.

challenge classique1

Publicités

9 réflexions sur “Rhinocéros, Ionesco et Demarcy-Mota

  1. Je garde un excellent souvenir de la mise en scène de Demarcy-Mota (vue il y a quelques années, lors d’une reprise au Théâtre de la ville qu’il dirige). J’aime énormément Ionesco et je trouve qu’il est aujourd’hui le metteur en scène qui l’appréhende le mieux. Rhinocéros est loin d’être ma pièce préférée de cet auteur mais il faut voir Ionesco suite (peut-être disponible en DVD aussi, je ne sais pas), pièce fabriquée par montage à partir d’extraits de quatre pièces : c’est d’une intelligence rare et ça me paraît justement un support génial pour faire découvrir le reste de l’oeuvre de Ionesco (beaucoup plus compliquée, je pense, car ne se rattachant à aucun fait historique contrairement à Rhinocéros) à des élèves.

  2. Je ne suis pas une grande fan de la mise en scène de Demarcy-Mota : je trouve qu’elle étouffe trop la dimension burlesque du texte au profit de sa dimension inquiétante… par contre les acteurs sont bluffants !

  3. Pingback: Bilan Challenge classique 2014 | Les Bavardages de Sophie

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s