Les Confessions, Jean-Jacques Rousseau (Livres I à IV)

Avec tous ces sujets sur le bac, j’ai eu envie de me replonger dans les Confessions de Rousseau. C’est une oeuvre que j’ai étudé en 1ère L, il y a quelques année, je ne vous dirai pas combien parce que ça ne me rajeunit pas cette histoire. J’avais adoré l’étudier en cours, la proposer à l’oral du bac, j’ai vraiment apprécié la relire.

ROUSSEAU confessionsQuid ?

« Je veux montrer à mes semblables un homme dans toute la vérité de la nature ; et cet homme ce sera moi. »

Mon bavardage

J’ai aimé retrouver la vie de cet auteur. Le projet autobiographique est intéressant. Rousseau tente d’expliquer ce qu’il est en essayant de nous raconter et de réfléchir à son enfance et son éducation. Ainsi, il retrace la mort de sa mère, le partage de la lecture avec son père, l’apprentissage du sentiment amoureux… C’est un Rousseau touchant qui se livre. Et comme dans tout projet autobiographique, on se demande quel est la part de fiction, de romancé. L’auteur, qui écrit ce qu’il était enfant, adolescent, se sent persécuté. Il est en quête de reconnaissance. C’est ce qui m’a le plus touché ! J’ai essayé de comprendre comment on peut arriver à ce point à un tel sentiment de persécution.

Derrière la vie de Rousseau, c’est une peinture de la société que nous livre l’auteur : la place du catholicisme, l’hypocrisie, la fausse dévotion, inégalités entre les Hommes.

Finalement on a envie de l’aimer ce Rousseau, de lui souhaiter d’être heureux et reconnu. C’est une belle relecture pour moi. Et vous, tentés ?

challenge classique1

Publicités

5 réflexions sur “Les Confessions, Jean-Jacques Rousseau (Livres I à IV)

  1. J’avoue n’avoir jamais essayé, mais à la lecture de cet article, oui, pourquoi pas !! Parfois on ne lit pas uniquement parce qu’on ne connait pas, qu’on a peur que ce soit trop compliqué, pas à sa portée…
    Merci de me donner le courage d’essayer ! =D

  2. Bonjour, moi aussi je l’ai lu en Première L (il y a ** ans déjà!). J’étais la seule de la classe à adorer. Tout le monde n’y voyait qu’un pavé ennuyeux! Tu m’as bien donné l’envie de m’y replonger. Après toutes ces années, et dans un autre contexte, ma lecture pourra en être bien différente!

  3. Pingback: L’étranger, Jacques Ferrandez (d’après Albert Camus) | Les Bavardages de Sophie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s