La simplicité du coup de massue, Elise Tielrooy

Je vais reprendre le chemin de ce blog à mon rythme. Je crois que parler de mes lectures me manque. C’est avec le deuxième roman d’Elise Tielrooy que je fais mon retour. Souvenez-vous, l’année dernière je vous avais parler du Bonheur n’est pas un sport de jeune fille et cela avait été une agréable surprise.

TIELROOY Massue

Quid ?

Après Le bonheur n’est pas un sport de jeune fille, Elise Tielrooy nous livre la comédie survoltée d’une femme parfaite au bord de la crise de nerfs.

Mais qu’est-ce qui a bien pu passer par la tête de Marion D., mère de famille exemplaire, épouse aimante et dévouée du 5e arrondissement de Paris, ce sombre jour de septembre où elle est devenue cette militante altermondialiste dangereuse et recherchée par toutes les polices de France ?
Est-ce un effet de la rentrée des classes ? La réforme du rythme scolaire ? Sa vie qui l’ennuie ? La mort de sa soeur ? Toujours est-il que cette société dans laquelle elle est si bien intégrée avec son mari si idéal et sa famille si éduquée, Marion ne peut plus la voir en peinture. Et Marion dérape. Jusqu’à agresser une employée de la RATP et finir en une d’un des plus gros hebdos français.
Croyait-elle en réchapper, Marion, derrière ses lunettes noires ? C’était compter sans Claudine. Caissière à l’hyper de Saint-Quentin-en-Yvelines, rencontrée cinq ans plus tôt dans une thalasso en Bretagne…

 

Mon bavardage

J’ai aimé retrouver les personnages du précédent roman même s’il n’est nul besoin de l’avoir lu pour comprendre celui-ci. Ils sont tous attachants sauf Iris, cette peste hautaine et prétentieuse. C’est Marion, la mère de famille bourgeoise, qui est l’héroïne de ce roman. Le scenario n’est pourtant pas plat et cul-cul, Elise Tielrooy propose une vraie réflexion sur la société de consommation. Marion dont la vie consiste à s’occuper de ses enfants et aller s’acheter des carré Hermès va devenir l’ambassadrice d’un groupe d’opposant à la publicité… Se met alors en place chez elle une double personnalité, rangée d’un côté auprès de son avocat de mari et rebelle lors des actions des contestataires.

C’est un roman qui fait du bien, sans prise de tête. Un roman optimiste qui est arrivé au bon moment dans mon besoin d’évasion. C’est un roman parfait pour des journées comme celles d’hier, venteuses pluvieuses. Enroulée dans un plaid, au coin du feu avec un bon thé… Bonne semaine à tous.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s